Mise à jour de la bibliographie collaborative : plus de 300 références sur l’écriture académique

Créé il y a quelques mois, le groupe bibliographique Ecritac sur Zotero a pris de l’ampleur grâce à ses 11 membres, dont 4 actives : un grand merci à Naomi Truan, Emilie Mineo, Véronique Litaudon (et moi-même). Surtout, il référence désormais une soixantaine de manuels, une centaine d’articles de blog de chercheur.e.s, autant de publications scientifiques, mais aussi quelques tutoriels et podcasts… Bref, de quoi aider des scientifiques de tous horizons à rédiger plus facilement et plus efficacement leurs travaux de recherche.

Voilà qui méritait bien quelques explications.

Bienvenue au club

Si tu ne connais pas (encore) Zotero, il s’agit d’un logiciel libre de gestion de la bibliographie, qui permet à la fois de gérer efficacement sa documentation (références, PDF, notes personnelles, mots-clés) et d’insérer automatiquement au bon format ses références bibliographiques dans ses travaux universitaires (mémoire de recherche, article scientifique…). Il existe de nombreux tutoriels pour apprendre à s’en servir et je conseille particulièrement la série de vidéos de La boîte à outil de l’historien.ne ainsi que le blog Zotero francophone. Zotero permet de créer sa bibliothèque personnelle, mais il permet aussi de partager des bibliothèques collectives comme celle d’Ecritac.

Accéder à notre espace est très simple : il suffit d’avoir ou de créer (gratuitement) un compte Zotero et de cliquer sur le groupe. Libre à toi ensuite de copier ce qui t’intéresse dans ta propre bibliographie, de dévaliser la bibliothèque universitaire la plus proche, d’ajouter tes notes de lecture, etc.

Enrichir la bibliographie au profit du groupe est également très rapide : il faut juste m’en faire la demande (rendez-vous au même endroit, j’accepte a priori tout le monde). Inutile de prévoir d’y passer des heures, ajouter une seule référence est un motif valable pour nous rejoindre.

Notre bibliographie n’est ni exhaustive ni prescriptive. Elle a cependant comme objectif de donner accès à de multiples ressources pour aider aussi bien les jeunes chercheur.e.s (avant, pendant, après la thèse) que les enseignant.e.s (directeurs et directrices de mémoires, bibliothécaires, éditeur et éditrices de revues scientifiques…) en charge de formations sur la rédaction scientifique.

Organisation générale

Pour que chacun.e trouve facilement des réponses à ses questions, les références sont réparties en 4 collections et une cinquantaine de mots-clés. Les collections correspondent à des grands types d’usages:

  • Ecrire et publier ses recherches
  • Enseigner la rédaction
  • Se former aux outils numériques
  • Réfléchir sur les enjeux généraux

Un système d’indexation axé sur la pratique de l’écriture permet également de filtrer les références en fonction de tes besoins précis. Ces mots-clés (appelés « marqueurs » dans Zotero) apparaissent avec les autres dans la colonne de gauche, mais débutent par un « (E) » (comme Ecritac) pour les rassembler et les distinguer des autres. En effet, lorsque l’on importe automatiquement une référence d’un catalogue de bibliothèque, elle est généralement associée à différents mots-clés plus ou moins pertinents pour notre usage et que je n’ai pas mélangés à ceux du groupe pour ne pas brouiller les pistes.

Vue générale de la bibliographie (à gauche les collections et les marqueurs, au centre la liste des références, à droite le détail de la référence sélectionnée)

Que les spécialistes de l’information scientifique et technique me pardonnent (et ne partent pas en courant) : je n’ai pas utilisé le langage Rameau, principalement parce que son vocabulaire n’est vraiment pas assez précis sur le sujet qui nous réunit. La vedette-matière « Rédaction scientifique et technique » le recouvre, mais il n’y a pas de subdivision pour le définir plus en détail. Impossible en l’état de faire des recherches plus spécifiques. Autrement dit, il y aurait un gros travail de création de thésaurus pour lequel je n’ai ni le temps, ni les compétences.

Ma proposition actuelle est loin d’être parfaite, elle va d’ailleurs évoluer dans les prochains mois et je suis ouverte au dialogue. Elle permet cependant déjà de s’orienter en fonction de besoins précis et montre ce que cette bibliographie collaborative peut offrir. Pour la découvrir, je te propose trois parcours de visite. Un premier pour comprendre les types de références collectées dans la bibliographie et leur intérêt. Un second pour expliquer les thématiques retenues. Un dernier pour mélanger les avantages des deux premiers. 

Visite guidée 1 : recherche par mots-clés

Soyons réalistes : que tu aies 5 minutes ou 5 heures à consacrer à ta recherche bibliographique aura un impact sur tes choix de lecture. Pour une recherche précise, il peut être utile de filtrer l’ensemble des références avec les mots-clés ajoutés à cet effet. La méthode est très simple : il faut cliquer sur le dossier Ecritac (à la base de l’arborescence des collections), puis sélectionner un ou plusieurs marqueurs. Pour cela deux possibilités, soit consulter la liste, soit utiliser le moteur de recherche à marqueurs (situé sous les marqueurs). Les marqueurs sont rédigés dans une approche pratique (“Ecrire une thèse”, “Ecrire dans une langue étrangère : l’anglais”, etc…). Ils sont presque tous thématiques. Certains indiquent néanmoins le type de référence (de l’étude scientifique au manuel, en passant par le billet de blog ou le podcast) et les présenter te donnera un bon aperçu du contenu de la bibliothèque.

(E) Format : Etude scientifique

Cette catégorie rassemble aussi bien des publications scientifiques que des thèses et des rapports institutionnels. 

Les analyses scientifiques sont aussi nombreuses que variées sur ce qu’il est convenu d’appeler (si j’ai bien compris) les « litteracies universitaires ». J’ai découvert l’existence de ce type de recherches en 2013, grâce à une communication passionnante de la linguiste Fanny Rinck sur les Pratiques d’écriture de l’article de recherche en sciences humaines (captation audio et diaporama toujours disponibles). J’étais alors en pleine découverte des normes de la rédaction académique et l’approche linguistique très concrète des difficultés rencontrées par les jeunes chercheur.e.s m’a beaucoup apportée en me donnant les outils de réflexivité dont j’avais besoin. Le travail de veille scientifique que j’ai mis récemment en place pour alimenter notre bibliographie m’a menée vers les études publiées dans bien d’autres disciplines : la sociologie bien sûr, mais aussi les sciences de l’information et de la communication, les didactiques des langues, les sciences de l’éducation, l’histoire…

Ces propositions de lecture ne constituent en aucun cas un aperçu représentatif des recherches sur l’écriture académique. Elles sont choisies pour leur accessibilité (le plus souvent en open access), leur actualité (de préférence antérieure à 5 ans) et reflètent mes centres d’intérêt (j’ai exclu les articles trop spécialisés pour que j’en comprenne le résumé). Je dois reconnaître que leur présence au sein de la bibliographie Ecritac a explosée avec ma procrastination active de l’écriture de ce billet de synthèse… Sauf besoin très spécifique, elles ne sont toutefois pas à consulter en priorité : mieux vaut généralement s’en tenir à des publications destinées à des non-spécialistes comme nous.

(E) Format : Blog de scientifique

Pour sortir de la solitude de l’écriture et lutter contre le syndrome de l’imposteur, le carnet de recherche est le format de lecture idéal. Ces blogs de scientifiques détaillent en effet des témoignages et autres retours d’expérience qui montrent que rédiger est difficile pour tout le monde. On y trouve toutes sortes de niveaux de réflexion : des étudiant.e.s de master poussé.e.s par leur enseignant Sébastien Poublanc à réfléchir sur leur rapport à l’écriture (liste complète ici), des doctorant.e.s partageant leurs pratiques de rédaction, des (jeunes) docteur.e.s synthétisant leurs conseils pour la nouvelle génération… Certains blogs sont tellement riches que la bibliographie ne peut détailler tous leurs posts et se limite à un renvoi général (pour les repérer, classe toutes les références par date : ils apparaîtront en haut, car aucune année de publication n’est renseignée).

Dans bien des cas, les carnets de recherche délivrent des conseils similaires à ceux que l’on peut trouver dans les manuels.

(E) Format : Manuel

Notre bibliothèque compte actuellement une soixantaine de manuels (en français, en anglais et même un en italien !). Cela peut sembler énorme, mais il en existe en réalité beaucoup plus, car leur nombre grimpe en flèche depuis quelques années. Cette nouvelle offre est tout à fait réjouissante, dans la mesure où elle apporte des approches variées sur des sujets complémentaires.

Sans surprise, ces guides sont majoritairement destinés aux doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s. Beaucoup traitent ainsi de la rédaction de la thèse et du processus de publication d’articles scientifiques. Certains sont généralistes quand d’autres sont très spécialisés, que ce soit par type d’écrit ou par discipline scientifique. On y trouve même occasionnellement des exercices pratiques. À noter : certains sont publiés en open access (une version courte en français ici, une version longue en anglais ).

Plus inattendues, mais tout aussi indispensables, quelques propositions sont faites aux universitaires plus expérimenté.e.s. Cinq manuels sont ainsi spécifiquement adressés aux enseignant.e.s en quête de bonnes pratiques pédagogiques pour aider leurs étudiant.e.s à apprendre à mieux rédiger. Les professionnel.le.s de l’édition auront également intérêt à consulter deux références consacrées à la lutte contre le plagiat universitaire.

Liste des manuels, avec les sommaires indiqués dans les notes

Comment choisir son manuel ? Zotero permet de croiser les marqueurs (= mots-clés) pour affiner la recherche. Par ailleurs, dans la mesure du possible, la table des matières est indiquée dans une note associée à la référence bibliographique (les maisons d’éditions anglophones détaillent généralement cette information sur leur site, alors que les francophones ne le font que trop rarement). Des liens sont également indiqués vers des comptes rendus de lecture, mais il en existe trop peu (avis aux volontaires !). Aucune bibliothèque ne possède tous ces manuels, néanmoins, il est possible de les faire venir par le prêt entre bibliothèques. Si besoin, il ne faut pas hésiter à remplir un formulaire de suggestion d’achat : les bibliothèques universitaires sont généralement à l’écoute des demandes de leurs lecteurs et lectrices. Autre solution, plus rapide : faire une recherche dans le catalogue de sa bibliothèque avec comme sujet « Rédaction scientifique et technique » et regarder si une proposition approchante est disponible.

(E) Format : Tutoriel

Ce type de format est certes peu répandu pour notre sujet, mais il est bien utile.

(E) Format : Cours en ligne

Là encore, une offre plus large serait appréciée.

(E) Format : Podcast

Un format idéal pour procrastiner en écoutant les collègues parler de leur travail en cours et de leur rapport à l’écriture.

(E) Format : Vidéo

Conférences filmées, blogs vidéos de thèse, conseils racontés face caméra, tutoriels pas-à-pas… Youtube n’est pas (encore?) intégré dans notre bibliothèque. Des volontaires pour s’en charger seraient très utiles.

Ici s’achève le premier parcours de visite bibliographique : il favorise aussi bien une recherche ciblée que la curiosité vers d’autres sujets (écrire des titres plus accrocheurs? en savoir plus sur les bonnes pratiques de publication en open access? lire des retours d’expérience de l’utilisation de LaTeX?). Pour une recherche guidée, mieux vaut toutefois fureter directement dans les collections. C’est parti pour la deuxième visite. 

Visite guidée 2 : recherche par collection Zotero

Le système de collections et de sous-collections de Zotero permet de classer les références bibliographiques dans une arborescence thématique. Autrement dit, de s’y retrouver en un coup d’œil. La structure que j’ai commencée à mettre en place pour ordonner la bibliothèque n’est pas terminée et va donc évoluer dans les prochains mois. L’idée, comme pour les mots-clés, est de privilégier une approche pratique et efficace. En essayant d’anticiper les usages (ambition quelque peu illusoire, j’en conviens), j’ai défini quatre collections : la première est destinée aux personnes qui veulent rédiger et publier, la deuxième s’adresse aux personnes qui veulent enseigner, la troisième à celles qui veulent se former sur les usage numériques (donc a priori tout le monde) et la dernière à celles qui veulent réfléchir de manière plus large aux enjeux de la diffusion de la science (c’est-à-dire, je l’espère, un maximum de monde). 

Arborescence complète des collections

Note : une même référence peut se retrouver dans plusieurs collections et sous-collections (c’est même généralement le cas).

Collection 1 : Ecrire et publier ses recherches

On n’écrit pas de la même manière une thèse ou un article, un plan de gestion de données ou une évaluation pour une revue scientifique, un poster ou une communication orale… Les sous-collections sont donc organisées par types d’écrits universitaires. 

La sous-collection dédiée à la rédaction d’un mémoire de recherche (master ou doctorat) est de loin la plus détaillée. Deux raisons à cela. D’une part, la majorité des références concernent ce sujet. D’autre part, la rédaction du mémoire est souvent le lieu de l’apprentissage de l’écriture académique et il m’a semblé utile d’intégrer dans cette section toutes les bases à connaître lorsque l’on débute. Tu trouveras donc ici une abondance de conseils avisés pour t’aider dans toutes les étapes de la rédaction. Quelques soient tes questions ou difficultés, d’autres personnes sont déjà passées par là et ont mis au point des réponses adaptées.

On améliore sa pratique de l’écriture tout au long de sa vie de chercheuse ou de chercheur. Parfois, il peut être utile de revenir aux fondamentaux pour faire évoluer son style. Souvent, on est confronté.e à un nouveau type de format (compte rendu de lecture publié, thèse éditée…) et il faut en apprendre les codes et usages. L’enjeu de cet apprentissage permanent peut sembler essentiellement individuel, pourtant il est aussi collectif. La recherche a bien sûr d’autant plus d’impact lorsqu’elle est présentée de manière claire et convaincante. Mais les implications sont également éthiques. Prendre du recul sur les formes et biais de l’évaluation par les pairs a en effet de bonnes chances de modifier les commentaires de tes prochaines expertises.

Collection 2 : Former à l’écrit universitaire

Cette collection est destinée aux personnes qui enseignent l’écriture académique. Elle est divisée en sous-collections pour distinguer deux démarches distinctes : l’accompagnement à la rédaction d’un mémoire (master ou doctorat) d’une part, la mise en place de sessions de formation (séminaire méthodologique, atelier ou retraite d’écriture…) de l’autre. 

Les 28 références actuellement proposées sont majoritairement des publications scientifiques (articles ou livres), mais on y trouve également quelques retours d’expériences dans des manuels rédigés par des professeur.e.s d’université ainsi que dans des billets de blogs par des formateurs et formatrices expérimenté.e.s. Il s’agit de réflexions concrètes sur nos pratiques pédagogiques. Elles peuvent être utilement enrichies par des compléments de lecture dans la collection 4 (enjeux généraux) où se trouvent aussi bien des analyses sur le plagiat universitaire que sur les difficultés de rédaction.

Liste des références de la collection

A noter : Wendy Laura Belcher, l’autrice du manuel Writing Your Journal Article in Twelve Weeks: A Guide to Academic Publishing Success, propose ici d’envoyer aux enseignant.e.s qui en feront la demande son plan de cours (syllabus) sur l’écriture d’article scientifique. 

Collection : outils numériques

Faut-il préférer Word ou LaTeX ? Quelles sont les nouvelles fonctionnalités de Zotero ? Existe-t-il une application pour m’aider à écrire plus vite? Comment mettre en place un système de sauvegarde efficace ? Que tu sois à l’aise ou non avec les outils informatiques n’y changera rien : tu auras besoin de te former tout au long de ta carrière aux évolutions de notre environnement numérique de rédaction. 

Cette rubrique est une ébauche qui reste à construire. Elle a besoin de volontaires pour être organisée, complétée, mise à jour… Voici les quelques marqueurs associés actuellement disponibles :

(E) Outils numériques : LaTeX

(E) Outils numériques : Word

(E) Outils numériques : Markdown

(E) Outils numériques : Pandoc

(E) Outils numériques : Zettlr

(E) Outils numériques : Zotero

Collection : enjeux généraux

Après trois collections de références bibliographiques centrées sur des conseils pratiques, la quatrième et dernière collection propose une approche plus réflexive. Il s’agit de prendre de la hauteur pour atteindre une vue d’ensemble sur l’ensemble du processus d’écriture, d’évaluation et de publication de la recherche.

La sous-collection sur l’écriture universitaire propose tout d’abord de s’interroger sur l’influence des normes de la rédaction académique sur nos recherches (et vice-versa). Elle propose ensuite de mettre en commun des témoignages ainsi que des études scientifiques sur les difficultés auxquelles l’écriture nous confronte. 

La sous-collection sur l’évaluation de la recherche aborde ce sujet avec des outils quantitatifs (la bibliométrie) et qualitatifs (l’évaluation par les pairs). Il est également ici question d’éthique, en particulier avec la caractérisation des différentes formes du plagiat universitaire et les méthodes pour lutter contre ce fléaux. 

Ressources pour lutter contre le plagiat universitaire

La sous-partie sur la publication de la recherche intéressera plutôt les professionnel.le.s de l’édition, mais elle s’adresse aussi aux chercheur.e.s qui souhaitent développer leurs bonnes pratiques de gestion pérenne des données et de diffusion des connaissances en accès ouvert. 

J’espère que cette organisation thématique fait sens pour toi, et j’embraye rapidement sur la troisième manière de naviguer dans la bibliographie. 

Visite guidée 3: recherche combinée

Rien ne t’empêche évidemment de te placer dans une collection, puis d’affiner ta recherche en sélectionnant un ou plusieurs marqueurs. Par exemple, choisir la collection “mémoire de recherche” puis n’afficher par les marqueurs que les billets de blogs (accessibles immédiatement) ou seulement les manuels (plus complets).

Note: il existe deux moteurs de recherche, un pour les marqueurs, un pour les références bibliographiques. Ils cherchent dans la collection ou sous-collection sélectionnée, attention donc à se placer au bon endroit pour faire sa recherche.

Inutile, je crois, de détailler plus l’intérêt de cette méthode !

A toi de jouer

La bibliographie sur l’écriture académique est aussi méconnue que foisonnante. Impossible de tout lire. Il faut choisir. Notre bibliothèque collaborative est toujours à portée de clic, j’espère qu’elle t’aidera à te frayer un chemin vers les nombreux trésors qui s’y cachent. Qui sait, peut-être en ajouteras-tu de nouveaux ?

Bonne exploration et on se retrouve au plus tard, si tout va bien, le mois prochain !

Rédaction confinée : rapide bilan d’étape

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Je bouleverse la programmation du blog pour réagir à l’actualité. On s’y attendait sans s’y attendre mais voilà ça y est, nous sommes de nouveau confinées. Satanée pandémie. Loin de moi l’idée de donner des leçons de productivité pour les semaines à venir. Lors du premier confinement, j’avais prévu de m’atteler à deux articles scientifiques mais je n’ai réussi à en écrire aucun. Belle performance. S’il n’est pas sûr que le responsable de cet échec soit le contexte mondial, il m’a en tout cas poussée à reconsidérer mes priorités en choisissant celles qui avaient le plus de sens sur le moment. C’est comme ça que je me suis lancée dans ce carnet de recherche et il m’a effectivement aidée à tenir, notamment en me reliant aux autres, à toi. Faire ce dont j’ai le plus besoin à court terme, plutôt que ce qu’il faudrait faire dans l’idéal ou ce que l’on attend de moi, est un enseignement que j’essaie de conserver encore aujourd’hui. C’est une manière de me faire confiance autant que de gérer l’incertitude des mois/années à venir. J’ai aussi renoué avec la musique pour entrer dans un flow de rédaction, d’où ce dialogue inattendu un après-midi :

– C’est toi qui écoutait de la grosse techno ?

– Oui, c’est la seule chose qui m’aide à travailler !

Continuer la lecture de Rédaction confinée : rapide bilan d’étape

Théorie et pratique de la soutenance de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Avertissement : ce billet est écrit à partir de mon expérience, par chance antérieure au COVID-19, et n’évoque donc pas la gestion d’une soutenance en visioconférence.

Fantasmée, redoutée, mythifiée, la soutenance de thèse cristallise les principales angoisses du doctorat. Elle est aussi un rite de passage et ne pas en comprendre les codes rend le moment plus terrifiant encore. Tout le parcours de thèse prépare pourtant à cette ultime épreuve : la maîtrise du sujet évidemment, la capacité à présenter son travail et à répondre à des questions pointues, la venue à d’autres soutenances… Arrivée en fin de recherche, tu es davantage prête à y faire face que tu ne le crois.

La tenue vestimentaire

Mon coiffeur m’a raconté un jour qu’un de ses clients, doctorant en droit, était tellement stressé par sa soutenance qu’il s’était mis du vernis à ongle noir pour que son jury ne l’écoute pas… Je ris encore comme une baleine en imaginant la scène.

La tenue vestimentaire idéale doit effectivement aider à te mettre en confiance, de préférence en contribuant à te sentir légitime dans ton rôle de « meilleure spécialiste de ton sujet de recherche ». La valeur sûre ressemble à ce que tu pourrais porter à un colloque, mais inutile de renier ton propre style : les examinatrices t’ont lue et ont maintenant envie de voir qui tu es, pas de s’adresser à un pantin déguisé. Pense à ton confort. Retirer un pull devant un public n’est pas envisageable, mais tu dois pouvoir gérer le chaud/froid pour être toujours à l’aise (une veste ou une écharpe ne posera aucun problème).

Le jury

Les règles de composition du jury sont spécifiées aux articles 17 et 18 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat.

Continuer la lecture de Théorie et pratique de la soutenance de thèse

La soutenance de thèse : un peu de convivialité dans ce monde de brutes

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Après des mois et années de recherches plus ou moins solitaires, la soutenance de thèse braque soudain les regards sur toi. Tu es heureuse d’avoir terminé la rédaction, mais épuisée d’y avoir consacré presque toute ton énergie et tendue à l’idée d’avoir à en répondre publiquement. Tu te demandes dans quel monde vivent ces gens qui veulent fêter ta soutenance alors qu’elle fera peut-être s’effondrer le tien. En réalité, tu es au cœur d’un événement qui te dépasse un peu.

Les invitations

Certaines doctorantes, de peur que la soutenance se passe mal, préfèrent n’inviter personne. Ces discussions à huis clos sont, de l’avis des membres du jury, d’une tristesse insondable. Il ne faut pas craindre le public, d’autant qu’il ne comprend pas tout (voire pas grand-chose) des échanges qui ont lieu car il n’a pas lu le mémoire qui fait l’objet de la discussion. Mais surtout l’auditoire est là pour soutenir, pas pour juger. Rameute donc tous les supporters dont tu veux t’entourer. Invite aussi plus largement ton réseau professionnel car c’est une manière d’annoncer officiellement un heureux évènement : tu as fini ta thèse et tu seras sous peu diplômée. Il est important que tes collègues le sachent, même s’il est évident qu’elles ne feront pas toutes le déplacement le jour J.

(cliché: Ecritac)
Continuer la lecture de La soutenance de thèse : un peu de convivialité dans ce monde de brutes

Le discours de soutenance de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Trop souvent, les discours de soutenance de thèse sont construits sur un malentendu: pensant avoir tout écrit dans son mémoire, on croit n’avoir d’autre choix que d’en faire la synthèse. C’est pourtant absurde. Crois-tu vraiment que tes examinatrices ont pris de leur temps et de leur énergie pour venir t’écouter résumer un document qu’elles ont déjà commenté en détail ? Non. Évidemment, non.

Quoi de neuf, docteure ?

Ce qui vaut le déplacement, c’est un changement de perspective pour comprendre les contraintes et les choix qui t’ont permis d’aboutir aux conclusions que tu viens défendre en public. L’exercice est assez troublant à préparer car il implique de retrouver ta voix pour écrire « je ». C’est un texte réflexif, qui vient éclairer ton cheminement scientifique depuis ton projet de thèse jusqu’à son aboutissement. Tu vas donc utiliser les éléments qui pourraient figurer dans un résumé de ton mémoire (choix du sujet, enjeux, méthodologie, principaux résultats) mais en les racontant de manière à révéler à tes lectrices comment tu as progressé dans ta recherche. L’objectif est de les convaincre encore un peu plus de ta capacité d’analyse et de ta maîtrise des enjeux scientifiques associés à ton domaine. Après tout, tu ne viens pas seulement obtenir la validation de tes recherches mais aussi, et surtout, la certification de tes compétences scientifiques par un diplôme de doctorat. Les sociologues et les anthropologues disent en d’autres termes que la soutenance de thèse marque la fin d’un processus de socialisation à la recherche : tu dois donc montrer que tu es bien devenue une chercheuse.

Continuer la lecture de Le discours de soutenance de thèse

Les remerciements de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique.)

Les faits sont cruels. Personne ne lit une thèse dans son intégralité, mais tout le monde regarde les remerciements. Voici quelques conseils pour les réussir.

Les impairs à éviter

Tout le monde, ou presque, écrit ses remerciements de thèse en quatrième vitesse. Généralement, l’action se déroule au mieux quelques jours avant d’envoyer son mémoire au jury de soutenance. Les gestes qui sauvent dans ce moment d’urgence sont très simples :

Continuer la lecture de Les remerciements de thèse

Création d’une bibliographie collaborative Ecritac

J’hésite à lancer un sondage. La rédaction est au cœur du quotidien des scientifiques et pourtant qui parmi nous a déjà ouvert un manuel sur le sujet ? Pas moi, par exemple. Si tu as plus de 30 ans, à mon avis, il y a de bonnes chances pour que toi non plus. Ce n’est pourtant pas comme si rédiger était toujours facile et efficace. Les ressources qui pourraient nous aider se multiplient depuis quelques années, mais elles sont peu connues car elles restent très dispersées.

Il manque un point de ralliement autour de l’écriture académique, un carrefour interdisciplinaire où s’orienter. Je propose qu’ensemble nous construisions ce lieu grâce à une bibliographie collaborative Zotero*.

Continuer la lecture de Création d’une bibliographie collaborative Ecritac

Recevoir et intégrer des corrections

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique.)

Les relectures sont un lieu privilégié du débat scientifique. Elles permettent mieux qu’ailleurs de discuter en détail des méthodes, des résultats et des manières de les communiquer. Elles sont donc indispensables pour prendre du recul sur son travail et le voir d’un œil nouveau. Tu avais soigneusement choisi et pesé chaque analyse, chaque mot ? Il est temps d’en réexaminer la pertinence.

Étape 1 : recevoir son texte annoté

Ça y est. Les relectures sont enfin à portée de clic dans un e-mail ou à portée de main dans une enveloppe. Tu espères qu’elles valideront des mois, voire des années, de recherches acharnées. Si tu connais les habitudes de tes relectrices, tu peux partiellement anticiper ce que tu vas trouver : tu sais d’avance si ton texte sera raturé de partout ou à peine annoté, tu ne comptes plus sur des commentaires positifs d’une personne qui n’en donne jamais, tu attends des pistes de recherches complémentaires dans telle ou telle direction… Si l’expertise est anonyme, alors le suspense est intenable.

Continuer la lecture de Recevoir et intégrer des corrections

Relire un mémoire de recherche

Note de lecture :

Je profite de mon carnet de recherche sur l’écriture pour mener une petite expérimentation : j’ai décidé de le rédiger uniquement au féminin. Il sera donc question de doctorantes, de directrices de recherche, d’autrices, etc… pour évoquer des personnes indépendamment de leur genre. L’idée est simplement d’inverser l’habitude collective d’englober implicitement le féminin dans le masculin, l’objectif étant de constater les changements éventuels que cela apporte à notre perception des choses. Les motivations et conclusions de cette expérience feront l’objet d’une analyse dans un billet à venir.

Lève la main si tu dois relire au moins un mémoire de recherche ! C’est la saison. J’en profite pour résumer ce que j’ai appris en une douzaine d’années de relectures ponctuelles de travaux d’autres chercheuses, débutantes ou confirmées, francophones natives ou étrangères courageuses, amies ou inconnues.

Relire les recherches de quelqu’un d’autre, ce n’est pas seulement donner son avis, c’est entrer dans un dialogue différé. C’est un travail exigeant auquel nous ne sommes généralement pas formées. Il demande pourtant rigueur et empathie. Rigueur car la relecture entre pairs constitue l’un des principaux garants de la qualité scientifique. Empathie car des commentaires mal formulés peuvent facilement faire perdre confiance à la personne relue plutôt que de l’aider à progresser.

Continuer la lecture de Relire un mémoire de recherche

Trois pas de côté

J’avais prévu depuis l’automne de commencer ce carnet de recherche en fanfare, le 25 mars, avec un billet pour la journée mondiale de la procrastination. Le planning était parfait. Et puis bien sûr, arrivé mars, j’ai procrastiné.

Et puis bien sûr, arrivé mars, j’ai douté. Blaguer sur la nécessité de modérer ses ardeurs au travail, pendant que tant d’autres personnes risquaient (et risquent encore) leur vie pour gérer une crise sanitaire mondiale ? Était-ce vraiment LA bonne idée ? Non, de toute évidence il me fallait une solution de remplacement. J’ai d’abord tenté un journal de confinement, centré sur la rédaction d’un article scientifique, mais le résultat n’était pas très concluant. J’ai aussi écrit deux billets sur une thématique de saison : les corrections de mémoires de master et de doctorat (ils paraîtront ce mois-ci). Mais la procrastination restait, malgré tout, mon seul point d’entrée possible dans le blog.

Continuer la lecture de Trois pas de côté