Recevoir et intégrer des corrections

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique.)

Les relectures sont un lieu privilégié du débat scientifique. Elles permettent mieux qu’ailleurs de discuter en détail des méthodes, des résultats et des manières de les communiquer. Elles sont donc indispensables pour prendre du recul sur son travail et le voir d’un œil nouveau. Tu avais soigneusement choisi et pesé chaque analyse, chaque mot ? Il est temps d’en réexaminer la pertinence.

Étape 1 : recevoir son texte annoté

Ça y est. Les relectures sont enfin à portée de clic dans un e-mail ou à portée de main dans une enveloppe. Tu espères qu’elles valideront des mois, voire des années, de recherches acharnées. Si tu connais les habitudes de tes relectrices, tu peux partiellement anticiper ce que tu vas trouver : tu sais d’avance si ton texte sera raturé de partout ou à peine annoté, tu ne comptes plus sur des commentaires positifs d’une personne qui n’en donne jamais, tu attends des pistes de recherches complémentaires dans telle ou telle direction… Si l’expertise est anonyme, alors le suspense est intenable.

L’enjeu est de taille, et le stress peut l’être aussi. Nous ne sommes pas nécessairement neutres dans un moment pareil. Notre perception des commentaires peut être teintée par la nature de notre rapport avec la relectrice : une relation conflictuelle rendra difficile l’acceptation de ce qui sera perçu comme des critiques (et te confirmera que l’autre est vraiment la dernière des abruties), une relation d’admiration pourra faire craindre d’avoir déçu, une relation amicale donnera peut-être un sentiment d’incompréhension. Mieux vaut être consciente de ces biais psychologiques pour les déjouer. Un exercice de respiration, prendre l’air quelques minutes pour se détendre, ou simplement choisir un moment où l’on se sent intellectuellement disponible (pas juste avant de donner un cours, par exemple) aide aussi à accueillir les relectures de manière constructive.

Étape 2 : rationaliser les corrections

Lors de l’évaluation de mon dernier article scientifique (paru depuis), j’ai reçu des annotations très fournies. Sans qu’il y ait de critique majeure, mon effort pour faire des phrases courtes n’avait pas été apprécié (!), certaines clarifications s’imposaient et quelques réactions sur le fond méritaient réflexion. Intégrer les corrections aurait donc été laborieux si je n’avais pas eu la bonne idée du jour, c’est-à-dire empoigner mes surligneurs pour distinguer visuellement trois niveaux d’intervention :

– Les coquilles et autres reformulations simples.

– Les reprises qui demandent de la réflexion : formulations maladroites à reprendre, paragraphes à réécrire ou à déplacer.

– Les commentaires de fond (suggestions ou objections), pistes de recherches, vérifications (bibliographiques) poussées. Tout ce qui demande des recherches complémentaires.

Hiérarchiser ainsi les corrections avec un code couleur permet de visualiser et d’évaluer les choses à faire, et donc de diminuer le stress tout en rationalisant les choix. Cette étape permet aussi de réagir, en commentant les commentaires, pour ne pas refouler ses émotions et aborder ensuite sereinement le choix des corrections à intégrer.

Accessoire salutaire du merveilleux Tampographe Sardon
(cliché : Ecritac)

Car oui, il va falloir choisir et peut-être même négocier. Toutes les suggestions ne sont pas pertinentes : tout le monde peut se tromper, il peut y avoir des relations de pouvoir en jeu qui biaisent les commentaires et le risque de contradiction entre plusieurs relectrices est toujours élevé. Ménager les susceptibilités diplomatiques demande quelques concessions (ajouter une référence bibliographique pour flatter quelqu’une, supprimer une piste de recherche annexe…). Mais les points de désaccord importants doivent être rediscutés et défendus.

La clef en matière de choix est généralement de distinguer les faits des opinions. Le rapport à l’objectivité doit être le principal critère (avec la faisabilité si des recherches complémentaires sont demandées). Cependant, il y a une opinion qui doit toujours être prise en compte : la clarté. Un passage incompris par une correctrice devra systématiquement être retravaillé : si elle n’a pas compris, ce n’est pas qu’elle est trop stupide, c’est que ce quelque chose est confus ou ambigu et d’autres personnes buteront donc également. Ce n’est pas grave, il suffit juste de rectifier le tir en identifiant le problème (vocabulaire inadapté/inexpliqué, argumentation implicite et donc inexistante…) pour reformuler ou développer l’objet de la confusion.

Étape 3 : bien gérer les fichiers

S’il y a bien une règle d’or injustement méconnue en matière d’intégration de correction, la voici :

Ne jamais intégrer ses modifications dans le fichier corrigé par une tierce personne. Toujours repartir de son propre document, enregistré avec un nouveau nom de version.

Pourquoi ? Les problèmes de mise en page sont fréquents (images décalées, notes de bas de page inutilisables…). Mais surtout, dans le fichier annoté par la relectrice, toutes ses interventions ne sont pas immanquablement évidentes. Il arrive en effet que des personnes, même pas nécessairement mal intentionnées, fassent des modifications sans le signaler explicitement : paragraphes supprimés car jugés confus ou inutiles, phrases transformées avec un contresens, images compressées en basse définition… Tout arrive, surtout l’inimaginable. Les autres ne sont en outre pas les seules à pouvoir se tromper : on regrette parfois ses propres corrections et il arrive de supprimer quelque chose par erreur. C’est très rare, mais ça arrive.

Étape 4 : intégrer les corrections

On peut bien sûr intégrer les corrections dans l’ordre du texte, sans ce poser de questions. C’est d’ailleurs la meilleure solution quand on se limite à des corrections mineures. Néanmoins, la préparation des corrections avec un code couleur permet de les intégrer efficacement en allant du plus simple au plus complexe, de visualiser la progression et de faire des choix rationnels. Il suffit de rayer au fur et à mesure les corrections faites ou refusées pour éviter les oublis.

– Étape 1 : la correction des coquilles. Elle n’apporte aucune satisfaction intellectuelle, mais elle est rapide et savoir qu’on l’a terminée est déjà positif.

– Étape 2 : les reformulations (mots, phrases, paragraphes…). Reformuler peut être, en fonction des cas, extrêmement chronophage. Il ne s’agit pas (uniquement) de pinailler pour le plaisir du style : il s’agit souvent de réarticuler sa pensée pour rendre une argumentation plus convaincante. C’est pour cette raison que si on te demande de réécrire un chapitre entier de ta thèse en prétendant que tu peux le faire en quelques jours (expérience fréquente en doctorat), on te fourre le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

– Étape 3 : les recherches complémentaires. Il est plus sage d’avoir terminé la phase précédente avant de planifier les recherches complémentaires, afin d’évaluer le temps qu’il reste et faire les arbitrages qui s’imposent. L’avantage à ce stade de la recherche, c’est que tu disposes d’une vision d’ensemble qui aide à faire les bons choix: une demande d’approfondissement peut être une excellente piste de recherche sans être indispensable dans l’immédiat, tous les compléments bibliographiques ne sont pas utiles…

– Étape 4 : une relecture finale de l’ensemble est toujours indispensable pour vérifier que l’on n’a pas ajouté d’incohérences ou de coquilles.

Étape bonus : apprendre

Mieux vaut prévenir que guérir. Une relecture précoce dans le processus de rédaction évite de répéter les mêmes erreurs sur 300 pages. L’écriture académique demande un apprentissage et les relectures sont indispensables pour le faire. J’ai beaucoup appris de celles de mes directrices de recherche : elles m’ont aidées à mieux structurer ma réflexion en m’interdisant les paragraphes d’une page ou en m’amenant à rendre plus directe une écriture parfois un peu trop ampoulée littéraire. Je les en remercie sincèrement. Celles de mes camarades m’ont davantage aidée à prendre confiance dans mes capacités rédactionnelles et scientifiques. Je les en remercie tout autant.

Pour la semaine prochaine, je prépare une surprise qui commence par un Z et qui finit par un O. Indice : aucun célèbre justicier n’est invité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.