Les remerciements de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique.)

Les faits sont cruels. Personne ne lit une thèse dans son intégralité, mais tout le monde regarde les remerciements. Voici quelques conseils pour les réussir.

Les impairs à éviter

Tout le monde, ou presque, écrit ses remerciements de thèse en quatrième vitesse. Généralement, l’action se déroule au mieux quelques jours avant d’envoyer son mémoire au jury de soutenance. Les gestes qui sauvent dans ce moment d’urgence sont très simples :

– Avoir établi au fil des collaborations la liste des collègues, institutions et financements à mentionner dans les remerciements pour n’oublier rien ni personne. L’idéal est d’associer à chaud les raisons de sa gratitude (accès à des données, discussion sur un sujet particulier, prêt de matériel…) pour faciliter le développement du générique « je remercie M. Untel / Mme Untelle » qui n’augure pas d’une grande sincérité.

– Lors de la finalisation de la rédaction, vérifier les fonctions officielles exactes des nominées : elles ont pu soutenir leur HDR, être promues ou mutées depuis votre dernière rencontre. Il serait dommage de vexer une professeure en la qualifiant de maîtresse de conférences. Les institutions publiques et certaines entreprises changent aussi périodiquement de nom. Autant être à jour.

– Attention à l’orthographe des noms propres. Ça paraît bête, et pourtant. J’ai fini d’écrire mes remerciements de thèse après une longue nuit blanche et quelques heures seulement avant d’imprimer la version définitive. Heureusement que la copine qui m’a relue a repéré une approximation dans le patronyme de… l’un des membres de mon jury. Mais c’est lors de la soutenance que ma directrice a corrigé en public la coquille restée au nom d’un de mes amis (ami évidemment présent dans la salle). J’aurai voulu disparaître sous terre à cet instant. Il vaut donc mieux être relue par une bonne âme connaissant les personnes citées.

– Attention aussi à l’accord (parfois contre-intuitif) des participes passés, car ils risquent d’être particulièrement nombreux (ex : Je remercie X, ingénieur d’étude dans le laboratoire Y, pour les données inédites qu’il m’a transmises sur le sujet Z).

Les mots pour le dire

Nous avons coutume en France de nous gargariser de l’immense richesse de notre belle langue française. Ce n’est pas l’utilisatrice compulsive du dictionnaire des synonymes que je suis qui va se plaindre de la profusion de notre vocabulaire. Écrire des remerciements apprend cependant à quel point notre champs lexical de la gratitude est limité : « remercier » a de nombreux substituts dans son sens de « licencier », mais presque aucun dans celui de « dire merci ». Voilà qui en dit long sur notre belle culture et complique un exercice de style déjà périlleux.

Les principaux équivalents du verbe « remercier » classés en fonction de leur pertinence par l’excellent dictionnaire des synonymes établi par l’université de Caen.

La rhétorique des remerciements est codifiée. Il faut toujours commencer par les membres du jury, en prenant soin d’équilibrer les compliments entre les différentes personnes citées, quitte à évoquer l’attente de la discussion fructueuse pendant la soutenance pour les chercheuses que tu n’as encore jamais rencontrées. Remercier ta directrice de thèse n’est pas optionnel, même si tu préférerais nettement l’insulter. L’art de la critique passive-agressive, chère au style académique, peut toutefois te sauver de l’hypocrisie la plus opaque : remercier pour « l’immense confiance » ou la « grande liberté » généreusement accordée par sa directrice de recherches indique sans ambiguïté une absence de suivi. Le reste dépend de ton parcours de thèse, mais pour choisir les mots justes, pose-toi la seule question qui vaille. Celle de l’objectif.

À quoi servent vraiment les remerciements ?

Oui, les remerciements servent à remercier. Mais pas seulement. Ils sont aussi, voire surtout, un espace de rencontre. Ce n’est pas pour rien si tu dois ouvrir ta thèse en remerciant les membres de ton jury : il s’agit de votre première prise de contact (ou du moins, si vous vous connaissez déjà, de votre prise de contact dans vos fonctions de soutenance : toi en impétrante, elles en examinatrices). Plus largement, les remerciements permettent de faire les présentations entre les différentes lectrices et/ou actrices de la recherche qu’elles s’apprêtent à découvrir. 

(cliché: Ecritac)

Les remerciements mettent ainsi en lumière l’écosystème de ta recherche, mais ils en disent beaucoup sur toi. Même leur longueur est significative : qu’ils soient réduits à un paragraphe ou développés sur sept pages (les deux extrêmes que j’ai pu croiser) ne raconte pas la même chose de ta personnalité et de ta manière de travailler. L’autorisation exceptionnelle d’écrire « je » incite aussi à prendre beaucoup de libertés avec le style académique déployé dans le reste du mémoire. Les envolées lyriques ou comiques y restent cependant des acrobaties risquées. Si tu ne me crois pas, je te conseille de te composer un petit recueil d’exemples en copiant-collant des remerciements collectés dans des thèses dont tu as déjà le fichier (ou en piochant sur le portail d’archivage des thèses en ligne TEL). Je l’avais fait pour me donner des idées de formulations, et une des copines avec qui j’avais partagé ce florilège a cru que c’était un pastiche que j’avais écrit pour me moquer. C’est donc un excellent moyen pour se rappeler de rester sobre et factuel.

Tu t’insurges peut-être face à ce qui ressemble à un appel à des remerciements totalement lisses et impersonnels. Je n’ai rien ni contre l’humour ni les grands sentiments ; je crois qu’il faut simplement garder à l’esprit qu’on reste en contexte professionnel. Les occasions plus personnelles d’exprimer sa gratitude ne manquent pas. Pourquoi ne pas garder les meilleures anecdotes pour le toast du pot de soutenance ou surtout de la soirée suivante ? Personne ne sait quoi dire pour ces discours, ça changerait.

Pour compléter et me contredire, je renvoie vers un fervent défenseur de l’humour, Quentin Verreycken, et son excellente analyse sur l’Anatomie des remerciements de thèse. Les prochains billets seront consacrés à un événement qui génère beaucoup d’angoisses et vers lequel est tendu tout le processus de rédaction : j’ai nommé, la soutenance de thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.