Le discours de soutenance de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Trop souvent, les discours de soutenance de thèse sont construits sur un malentendu: pensant avoir tout écrit dans son mémoire, on croit n’avoir d’autre choix que d’en faire la synthèse. C’est pourtant absurde. Crois-tu vraiment que tes examinatrices ont pris de leur temps et de leur énergie pour venir t’écouter résumer un document qu’elles ont déjà commenté en détail ? Non. Évidemment, non.

Quoi de neuf, docteure ?

Ce qui vaut le déplacement, c’est un changement de perspective pour comprendre les contraintes et les choix qui t’ont permis d’aboutir aux conclusions que tu viens défendre en public. L’exercice est assez troublant à préparer car il implique de retrouver ta voix pour écrire « je ». C’est un texte réflexif, qui vient éclairer ton cheminement scientifique depuis ton projet de thèse jusqu’à son aboutissement. Tu vas donc utiliser les éléments qui pourraient figurer dans un résumé de ton mémoire (choix du sujet, enjeux, méthodologie, principaux résultats) mais en les racontant de manière à révéler à tes lectrices comment tu as progressé dans ta recherche. L’objectif est de les convaincre encore un peu plus de ta capacité d’analyse et de ta maîtrise des enjeux scientifiques associés à ton domaine. Après tout, tu ne viens pas seulement obtenir la validation de tes recherches mais aussi, et surtout, la certification de tes compétences scientifiques par un diplôme de doctorat. Les sociologues et les anthropologues disent en d’autres termes que la soutenance de thèse marque la fin d’un processus de socialisation à la recherche : tu dois donc montrer que tu es bien devenue une chercheuse.

L’exposé de soutenance repose sur une mise en valeur de ton parcours doctoral, pas sur une auto-critique générale. Je ne doute pas que tu aies manqué de temps et, qu’avec l’expérience, tu ferais aujourd’hui certaines choses bien différemment. C’est normal. Mais soulever les problèmes est le rôle du jury : inutile de tendre le bâton pour se faire battre. Beaucoup des erreurs impardonnables à tes yeux passeront vraisemblablement inaperçues et, si ce n’est pas le cas, ne pas les avoir annoncées dans ta présentation te permettra de te défendre avec de nouveaux arguments plutôt que d’avoir à les répéter ou d’en ajouter de moins convaincants.

Certaines des critiques qui te seront faites lors de la soutenance te seront néanmoins connues à l’avance et doivent être prises en compte dans ton discours inaugural. Les pré-rapports sont en effet, notamment, prévus pour cela. Établis par deux membres du jury, ils commencent par un résumé des aspects formels de la thèse (nombre de pages, plan de rédaction…), identifient les points forts comme les points faibles du mémoire et concluent par une autorisation (ou un refus) de la soutenance. Lorsqu’ils sont bienveillants, les pré-rapports indiquent ainsi les éléments qui seront abordés pendant la soutenance (par leur autrice du moins). Tu dois réussir un tour de passe-passe en intégrant discrètement dans ton exposé des débuts de réponses aux principales critiques formulées dans les pré-rapports : l’idée est de faire preuve d’humilité en reconnaissant certaines erreurs et surtout, en cas de désaccord, d’argumenter des justifications dans le contexte général de ta recherche pour montrer la pertinence globale de tes choix. Il s’agit donc d’établir un double niveau de discours, les examinatrices concernées étant les seules à savoir lorsque tu es en train de répondre à leurs commentaires. Elles devront ensuite, lors de leur prise de parole, nuancer leurs critiques en fonction de tes arguments. Tu as donc intérêt à choisir stratégiquement les pions que tu souhaites avancer.

(Cliché: Ecritac)

Ton texte doit être simple à comprendre instantanément car il ne sera pas lu mais écouté. Les phrases longues, que l’on aime écrire tant elles laissent libre court à notre pensée et qui semblent tellement naturelles pour exprimer la complexité du monde, que dis-je, son foisonnement protéiforme et son inépuisable richesse – alors qu’en réalité on pourrait tout à fait exprimer exactement la même chose en combinant des formes verbales concises, ce qui permettrait de segmenter l’information pour la rendre beaucoup plus directement compréhensible –, sont un problème à l’oral car elles laissent à l’auditoire le temps d’oublier le sujet – au sens grammatical voire général – de la phrase, sans qu’il ait la possibilité de remonter quelques lignes plus haut pour relire l’ensemble et comprendre de quoi il est finalement question. Vu? Fais donc des phrases courtes. Privilégie également les paragraphes de taille raisonnable pour que le rythme ne soit ni trop lent ni trop saccadé : le résultat sera plus agréable à lire aussi bien qu’à écouter. Pendant que tu rédiges, relis-toi à voix haute pour vérifier que tout sonne bien et que tu es à l’aise en prononçant ton texte. Veille enfin à la fluidité générale de l’argumentation : ton discours doit être bien structuré et articulé pour que le parcours scientifique que tu racontes reste convaincant.

Diaporama ou pas diaporama, telle est la question

Incontournable dans certaines disciplines et déconseillée dans d’autres, la présentation d’un diaporama est avant tout une question d’habitude et de gestion de salle.

Dans mon laboratoire, il n’est pas la norme. La belle et vaste salle qui sert habituellement aux soutenances n’est pas adaptée à ce complément visuel: comme le jury doit être sur l’estrade (symbolique mais efficace rappel du sens de la hiérarchie), la projection du diaporama oblige à l’installer temporairement face à l’écran pendant l’exposé puis à lui faire rejoindre sa place attitrée pour le reste de la séance. Autant dire que ce n’est pas pratique. J’avais malgré tout initialement prévu de faire une présentation Powerpoint, par politesse pour l’auditoire venu me soutenir. J’ai finalement changé d’avis car cette préoccupation pédagogique me poussait à un double niveau de discours (l’un pour un jury de spécialistes qui avaient lu ma thèse, l’autre pour un public hétéroclite qui n’avait pas lu ma thèse) rapidement ingérable.

Le diaporama peut correspondre à une attente du jury, si tout le monde en fait un dans ton domaine. Il peut être utile si tu sais qu’une figure (photographie, tableau, graphique…) risque d’être discutée pendant la soutenance ou bien mériterait d’être ajoutée pour répondre efficacement à un point soulevé dans les pré-rapports. Dans la majorité des cas cependant, à ma connaissance du moins, le diaporama n’apporte en réalité pas grand-chose. Tu as davantage intérêt à garder du temps pour soigner ton texte et être à l’aise à l’oral.

La préparation écrite

Certaines personnes anticipent un mois à l’avance quand d’autres prétendent avoir rédigé leur texte la veille au soir (s’agit-il des mêmes frimeuses qui prétendaient au lycée ne pas réviser leurs contrôles et obtenaient quand même les meilleures notes?). À chacune son style en fonction de ses manières d’écrire et contraintes extérieures. Comme beaucoup, j’avais attendu les pré-rapports pour tâter la température des commentaires et me mettre dans l’ambiance. Je n’avais d’ailleurs pas commencé par la rédaction mais par l’analyse détaillée des pré-rapports, la préparation de réponses à toutes les critiques puis un rendez-vous avec ma directrice de recherche pour vérifier que mes angles d’attaque n’ouvraient pas la porte à de nouvelles contestations.

Les pré-rapports doivent légalement t’être communiqués au plus tard 15 jours avant la soutenance (si ce n’est pas le cas, il faut réagir), ce qui te laisse le temps de prendre un peu de recul après le dépôt du mémoire puis celui de rédiger posément huit à dix pages de discours. Cette écriture est stressante: elle t’oblige à faire un bilan de ton parcours, nécessairement imparfait, de thèse et à te projeter dans l’avenir proche de la soutenance. L’idéal est de parvenir à ne pas trop procrastiner pour que l’inquiétude de la préparation ne dure pas jusqu’à la tension du jour J.

Le texte peut-être relu par ta directrice de thèse, voire faire l’objet d’une soutenance blanche avec elle. Tout dépend des universités et des personnes. Je ne l’avais pas demandé pour m’accorder ma confiance à moi-même. Le choix d’une validation hiérarchique est tout aussi justifiable, à condition qu’elle n’arrive pas trop tard : tu ne veux pas être cette amie qui corrigeait encore son texte trente minutes avant sa soutenance, parce que son encadrante avait demandé des modifications le matin même.

La préparation orale

Un discours, de soutenance ou non, est une prise de parole en public. Les conseils généraux pour poser sa voix, respirer, sourire, articuler, regarder l’auditoire s’appliquent donc sans restriction. Les ressources sur le sujet sont nombreuses sur internet, mais soyons plus spécifiques. La soutenance de thèse, et particulièrement son début, est un moment de grande émotion où même les plus flegmatiques risquent de flancher un peu. Jouer la carte de l’improvisation est donc un pari risqué dans ces conditions et la prudence commande au contraire de lire son texte. Pour éviter l’ennui sidéral d’une lecture monocorde, tu as sans doute déjà tes habitudes de repères visuels (gras, souligné, coloré) ajoutés dans ton document pour mettre l’accent sur les notions importantes dans tes cours ou communications. Ici, ce sont surtout les jeux de regards que tu peux anticiper. Un coup d’œil appuyé en direction d’une examinatrice, pour lui adresser directement une réponse à une critique de son pré-rapport, et soudain il se passe quelque chose : ton exposé n’est plus un monologue solitaire, il est une ouverture au dialogue qui va suivre. Encore faut-il que tu sois prête à cette discussion.

J’ai la chance d’avoir des amies formidables, et l’une d’elles avait pris l’initiative d’organiser pour moi une soutenance blanche avec pour jury quelques autres doctorantes et jeunes docteures. Cette répétition générale a eu lieu, détail important, dans la salle où je devais soutenir. Je connaissais cette pièce par cœur, mais le fait d’y parler pour la première fois micro à la main depuis un bureau placé face à un jury surplombant m’a permis d’expérimenter cette configuration : le jour de la soutenance elle n’était déjà plus nouvelle, l’appréhension de la découverte était passée. Les questions, concoctées en s’inspirant des points soulevés dans mes pré-rapports, m’ont également beaucoup aidée à sortir du huis clos de la rédaction. L’idée, tu l’as compris, est de ne pas parler pour la première fois en public de la version achevée de ta thèse le jour de ta soutenance, de tester tes réponses, d’amorcer la discussion pour que l’exercice te soit déjà familier lorsque tu rencontreras tes examinatrices. Le simple fait de m’être ainsi projetée physiquement et mentalement m’a énormément aidée à être confiante le moment venu ; Annick, tu sais que tu as ma reconnaissance éternelle pour cela (et beaucoup d’autres choses, mais c’est une autre histoire).

Il me semble, chère lectrice, que tu es désormais prête à soutenir ta thèse. La semaine prochaine, nous lancerons donc les invitations et compterons les petits-fours!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.