La soutenance de thèse : un peu de convivialité dans ce monde de brutes

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Après des mois et années de recherches plus ou moins solitaires, la soutenance de thèse braque soudain les regards sur toi. Tu es heureuse d’avoir terminé la rédaction, mais épuisée d’y avoir consacré presque toute ton énergie et tendue à l’idée d’avoir à en répondre publiquement. Tu te demandes dans quel monde vivent ces gens qui veulent fêter ta soutenance alors qu’elle fera peut-être s’effondrer le tien. En réalité, tu es au cœur d’un événement qui te dépasse un peu.

Les invitations

Certaines doctorantes, de peur que la soutenance se passe mal, préfèrent n’inviter personne. Ces discussions à huis clos sont, de l’avis des membres du jury, d’une tristesse insondable. Il ne faut pas craindre le public, d’autant qu’il ne comprend pas tout (voire pas grand-chose) des échanges qui ont lieu car il n’a pas lu le mémoire qui fait l’objet de la discussion. Mais surtout l’auditoire est là pour soutenir, pas pour juger. Rameute donc tous les supporters dont tu veux t’entourer. Invite aussi plus largement ton réseau professionnel car c’est une manière d’annoncer officiellement un heureux évènement : tu as fini ta thèse et tu seras sous peu diplômée. Il est important que tes collègues le sachent, même s’il est évident qu’elles ne feront pas toutes le déplacement le jour J.

(cliché: Ecritac)

L’invitation s’envoie dès la réception des pré-rapports, car ce sont eux qui autorisent en dernier lieu la soutenance. Sans surprise, ce faire-part synthétise les informations essentielles : ton nom, le titre de ta thèse ainsi que la composition du jury, les informations pratiques sur le lieu et l’heure. Traditionnellement, il contient également une invitation au pot de soutenance. N’oublie pas de préciser une date limite pour les réponses, sinon tu ne pourras pas évaluer les quantités de grignotage à prévoir. L’astuce permet accessoirement de savoir qui viendra (ou pas) et donc de s’y préparer psychologiquement.

Enfin, dans la rubrique « fais ce que je dis, mais pas ce que j’ai fait », l’ajout d’un court résumé vulgarisé est un vrai atout. Je ne sais pas si la pratique est généralisée dans certaines disciplines ou établissements car c’est une amie de Centrale Nantes (coucou Chloé!) qui me l’avait fait découvrir. C’est en tout cas un excellent moyen de donner quelques clés de compréhension aux invitées qui viendront et un aperçu de ta soutenance à celles qui ne pourront pas venir. Bref, c’est un très bon outil de communication.

La gestion de la salle et du public

Il revient à ta directrice de réserver la salle et d’accueillir les membres du jury. Rien ne t’empêche toutefois de t’assurer à l’avance que la pièce n’est pas trop petite par rapport à l’auditoire attendu (notamment dans le contexte sanitaire actuel), voir si tu devras rester assise ou debout (et adapter si besoin ton choix de chaussures), vérifier si des verres et des bouteilles d’eau sont fournies pour le jury (toutes les universités ne le font pas), repérer où s’allume le vidéo-projecteur… Prendre le temps de te projeter dans la salle, voire d’y faire une soutenance blanche, peut vraiment aider à te sentir à ta place le moment venu (sans vouloir m’auto-citer, j’en ai parlé ici).

Une bonne gestion du stress peut aussi passer par une bonne organisation de l’aspect événementiel. Le préparer en amont est une évidence, le déléguer le jour J à des amies habituées aux lieux et aux soutenances est un soulagement. Elles pourront alléger ta charge mentale en contrôlant le bon déroulement des festivités : vérifier si tu n’as pas oublié de prendre un exemplaire de ton mémoire sur ta table ou de quoi prendre des notes (cas fréquent), résoudre les petits problèmes de dernière minute (il m’est arrivé de dévaliser en catastrophe un distributeur de boissons fraîches pour que le jury ait de l’eau), orienter si besoin tes invités non-académiques (tu ne veux pas avoir à gérer tes parents paumés en territoire inconnu), te mettre en confiance (tu es absolument formidable, rappelle-toi), s’éclipser peu avant les délibérations du jury pour accueillir le traiteur ou sortir du frigo ce qui doit l’être pour trinquer dignement à ton nouveau diplôme…

Le (fameux) pot de thèse

Selon les conditions dans lesquelles se sont finies ton doctorat, tu auras plus ou moins l’envie et les moyens d’organiser ton pot de thèse. Si tu as travaillé sans financement ni réel soutien scientifique, je comprends que l’inquiétude de ta directrice de recherche sur le nombre de petits fours te fasse sortir de tes gonds. Ce n’est cependant pas pour rien que les titulaires insistent sur l’importance de cet incontournable cocktail. Il permet que ta thèse ne se termine pas en catimini, mais dans un moment de convivialité. Cette note finale, festive et consensuelle, aide beaucoup à la construction des souvenirs. De tes souvenirs. Pour que la thèse ne te laisse pas (qu’)un goût amère. C’est aussi un moment important pour ton laboratoire: connais-tu beaucoup d’autres occasions où la communauté scientifique se réunit autour de l’une de ses membres ?

L’organisation peut varier d’un lieu à l’autre. Quelques institutions font payer la location de la salle dans leur locaux, alors que d’autres prêtent gracieusement les flûtes à champagne et il paraît même, mais le scénario semble suspect, que certaines remboursent les victuailles. Les spécialités culinaires régionales et/ou faites maison, éventuellement moins chères que le traiteur habituel et surtout plus inattendues, ont souvent beaucoup de succès. Le contexte actuel de pandémie complique bien sûr les choses. À ce que je sais (merci Éléonore!), pour limiter les risques de contamination, l’astuce actuelle des professionnelles de l’événementiel est de prévoir des assiettes individuelles plutôt que l’habituel bol de chips où toutes les salives finissent par se mélanger.

Le match de la soutenance peut s’arrêter à la fin du pot, ou continuer avec une troisième mi-temps plus ou moins intimiste. Tout se fait : du repas à domicile avec les membres du jury, à la soirée entre potes dans un bar, en passant par le restaurant réservé par et pour la famille. Je parie toutefois que tes amies ne demandent qu’à célébrer ta victoire.

Pour le dernier billet de cette série consacrée à la soutenance de thèse, il va bien finir par falloir en venir au cœur du sujet : la soutenance de thèse proprement dite. Tout va bien se passer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.