Théorie et pratique de la soutenance de thèse

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Avertissement : ce billet est écrit à partir de mon expérience, par chance antérieure au COVID-19, et n’évoque donc pas la gestion d’une soutenance en visioconférence.

Fantasmée, redoutée, mythifiée, la soutenance de thèse cristallise les principales angoisses du doctorat. Elle est aussi un rite de passage et ne pas en comprendre les codes rend le moment plus terrifiant encore. Tout le parcours de thèse prépare pourtant à cette ultime épreuve : la maîtrise du sujet évidemment, la capacité à présenter son travail et à répondre à des questions pointues, la venue à d’autres soutenances… Arrivée en fin de recherche, tu es davantage prête à y faire face que tu ne le crois.

La tenue vestimentaire

Mon coiffeur m’a raconté un jour qu’un de ses clients, doctorant en droit, était tellement stressé par sa soutenance qu’il s’était mis du vernis à ongle noir pour que son jury ne l’écoute pas… Je ris encore comme une baleine en imaginant la scène.

La tenue vestimentaire idéale doit effectivement aider à te mettre en confiance, de préférence en contribuant à te sentir légitime dans ton rôle de « meilleure spécialiste de ton sujet de recherche ». La valeur sûre ressemble à ce que tu pourrais porter à un colloque, mais inutile de renier ton propre style : les examinatrices t’ont lue et ont maintenant envie de voir qui tu es, pas de s’adresser à un pantin déguisé. Pense à ton confort. Retirer un pull devant un public n’est pas envisageable, mais tu dois pouvoir gérer le chaud/froid pour être toujours à l’aise (une veste ou une écharpe ne posera aucun problème).

Le jury

Les règles de composition du jury sont spécifiées aux articles 17 et 18 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat.

En résumé, le jury est composé de ta ou de tes directrices de thèse, de deux rapporteuses et éventuellement d’une, deux ou trois examinatrices complémentaires. Parmi ces personnes (sauf ta ou tes encadrantes), une sera désignée par ses collègues (avant ton arrivée) comme présidente de jury. Le rôle de présidente est essentiellement symbolique pendant la soutenance : c’est elle qui donne la parole et la reprend. Elle a cependant aussi une fonction d’arbitrage pendant la délibération du jury en cas désaccord entre les examinatrices.

Si tout va bien tu as été associée en amont au processus de sélection des membres du jury. Ce choix est aussi important que difficile. Ne le sous-estime pas, implique-toi, négocie si besoin. Tu trouveras des analyses éclairantes dans les blogs anglo-saxons consacrés au doctorat (voici ici et celles qui m’avaient le plus éclairées). Si tu soutiens dans quelques semaines il est trop tard pour revoir le casting, mais il est peut-être encore possible d’assister à d’autres soutenances où seront présentes les mêmes examinatrices que pour la tienne. C’est idéal pour anticiper les personnalités et habitudes de ces chercheuses dans ce contexte particulier. Personnellement, cela m’avait permis de rester parfaitement sereine face à un déluge de critiques sur mes notes de bas de page (alors que la salle commençait à s’agacer).

Il est crucial (si tel n’était pas déjà le cas) que tu ne considères pas les membres de ton jury comme des ennemies, mais comme des collègues. Des collègues plus ou moins perfectionnistes, plus ou moins psychologues, plus ou moins ouvertes à des analyses qui viendraient bousculer les leurs… Mais également des collègues qui peuvent être autant stressées que toi car leur rôle d’inspectrices des travaux finis est à la fois plus facile et plus inconfortable que le tien. Elles aussi doivent faire publiquement la démonstration de leur compétence, or aucune thèse ne peut être parfaite mais à quel niveau placer l’exigence pour ne paraître ni naïve ni injuste dans sa critique ?

Les règles du jeu

La soutenance repose sur un mode de discussion différée : la candidate résume d’abord sa recherche doctorale en une vingtaine de minutes, lorsqu’elle a terminé vient le tour de la première examinatrice de commenter le mémoire présenté pendant 15 à 45 minutes (selon ce qui a été convenu en amont), puis la candidate répond, ensuite la seconde examinatrice prend la parole pour son temps imparti, puis la candidate répond, etc… Le dialogue ne s’engage donc vraiment que durant les temps de réponses. Bien que cette solution semble artificielle, elle permet au jury de développer ce qu’il a à dire dans le temps imposé, sans être emporté par le débat. Elle est aussi à ton avantage car elle te donne la liberté de choisir les points à passer sous silence et ceux auxquels répondre (en plus d’avoir davantage de temps pour t’y préparer).

Détail de la vie d’Hercule dans une peinture murale du XVIe s.
Musée de Rochechouart
(cliché: Ecritac)

Il faut reconnaître que la forme même de la soutenance de thèse facilite un type de violence institutionnelle, parfois dévastatrice. Le jeu se dispute à 4, 5, 6 (voire 7 ou 8) joueuses contre 1, avec une arbitre (la présidente du jury) qui est à la fois juge et partie. Les examinatrices sont en outre les garantes de l’ordre établi, celui du doctorat ainsi que celui de disciplines académiques sévèrement gardées, et peuvent à ce titre se sentir légitime à déployer un usage disproportionné de la force. La légende urbaine veut qu’un éminent professeur d’histoire médiévale se soit ainsi permis d’assener à un candidat : « la première et la dernière page sont à déchirer, tout le reste est à réécrire ». Bien sûr, l’immense majorité des soutenances ne tourne pas au pugilat et beaucoup de personnes veillent au contraire à la bienveillance des débats (#NotAllDoctoralExaminers). J’ai l’impression que les principales victimes sont les doctorantes peu insérées dans les réseaux de recherches, car elles transgressent des règles qu’elles maîtrisent mal. Celles qui développent des analyses pluridisciplinaires ou particulièrement novatrices s’exposent également davantage à des critiques acerbes que celles qui privilégient des approches plus traditionnelles. Les soutenances de thèses sont, à tort ou à raison, un haut lieu de conservatisme.

Si tu prépares ta propre soutenance, ne perd pas courage : savoir à quoi t’attendre t’aidera à ne pas prendre les attaques personnellement et à y répondre efficacement. Retiens surtout qu’il s’agit d’une discussion entre spécialistes qui ont des convictions, par conséquent il y a des tensions quand les conclusions ne convergent pas. Finalement, c’est avant tout une ode au perfectionnisme : une recherche peut toujours être prolongée, approfondie, nuancée, polie, etc… et les membres du jury sont là pour proposer comment. Parce que la thèse n’est pas vue comme une fin en soi, mais une étape importante dans une carrière universitaire. Si tu souhaites continuer dans la recherche tu as besoin de connaître le regard de la communauté scientifique pour progresser, tantôt pour corriger tes positions tantôt pour affûter tes arguments contre la pensée dominante.

Concrètement

Le meilleur conseil que je puisse te donner est de distinguer les vraies questions des opinions négatives : les premières appellent de vraies réponses, les secondes doivent soit être ignorées (si le point ne te semble pas fondamental) soit être défendues de préférence brièvement. En effet, tu as beau être la spécialiste de ton sujet, tu restes une jeune padawan face aux maîtres Jedi : si tu ne les as pas convaincus dans ton texte, il est peu probable que tu y parviennes pendant la soutenance. Donc autant ne pas les agacer trop longtemps à les contredire. Je ne te demande pas de ne pas défendre tes convictions, il est au contraire important de le faire, mais ne sonne pas l’assaut à toutes les contradictions.

Pour le reste des critiques, ce sont des remarques mineures sur la forme. Il s’agit de l’orthographe, de l’usage du point-virgule, du nombre de notes de bas de page… Elles peuvent occuper une part non négligeable du temps de parole. C’est frustrant, terriblement agaçant même, mais elles ont un avantage majeur : ne demander que peu de concentration et généralement pas de réponse. Elles diluent la densité du débat scientifique, ce qui est très reposant pour tout le monde.

Les questions, revenons-y, ne sont pas des pièges tendus pour révéler tes lacunes. Elles témoignent simplement de l’intérêt de collègues qui veulent dialoguer avec toi. Que tu aies ou non la réponse importe peu : l’intérêt du débat scientifique tient autant dans les résultats que dans les processus pour y parvenir. Montre simplement que tu maîtrises les enjeux et que tu sais ouvrir des pistes d’analyses, ce sera à tes interlocutrices de les explorer si elles veulent en savoir plus (ou de t’embaucher pour le faire). En résumé, réfléchis comme tu as l’habitude de le faire, tu es compétente, tu connais des précisions que toi seule peut apporter : tu es prête pour cette conversation. Ce jour est ton jour, profites-en. Tu n’auras pas souvent d’autres occasions de discuter en détail des interrogations qui ont hanté tes jours et peut-être tes nuits pendant au moins trois ans.

Dernier point. Tu recevras aussi des compliments et il est important qu’ils ne restent pas noyés dans le flot des questions et des commentaires critiques. Même s’ils n’appellent pas de réponse, les accepter aide à surmonter les doutes existentiels de la thèse. Ils ajoutent aussi bien sûr beaucoup de joie dans la discussion.

Mention et rapport de soutenance

A l’issue d’une discussion qui peut durer une à trois heures, le jury se retire pour délibérer et signer les documents administratifs (ce qui est souvent le plus long). Il revient ensuite pour te proclamer docteure. L’auditoire est debout pour t’applaudir. Tu l’as bien mérité! Félicitations!

(cliché: Ecritac)

Jusqu’en 2016, en plus de décerner le titre de docteure, le jury devait attribuer une mention. L’objectif ultime était d’atteindre la « mention très honorable, avec les félicitations du jury », voire même précédemment les félicitations du jury « à l’unanimité ». La simplification puis la suppression de ces honneurs correspond à une volonté de corriger des inégalités, car leur attribution dépendait en réalité parfois presque autant de la qualité du travail soutenu que de la sévérité de ses juges, voire de sombres rapports de pouvoir entre personnes ou institutions. Leur disparition est donc un progrès (affirme tranquillement celle qui, passée juste avant la réforme, est bien contente d’avoir obtenu lesdites félicitations).

Aujourd’hui, le jury décerne simplement le diplôme ou (très rarement) l’ajourne en demandant des corrections au mémoire de recherche. L’appréciation plus précise du travail soutenu ne disparaît pas pour autant puisque chaque examinatrice rend un rapport écrit, qui correspond généralement dans les grandes lignes à son intervention orale et qui doit t’être transmis dans le mois suivant la soutenance. Ce document officiel sera une pièce essentielle de ton dossier de candidature si tu postules à l’Université ou au CNRS. Pour les autres employeuses cependant, tu as obtenu le plus haut niveau de diplôme reconnu à l’échelle mondiale et c’est un gage suffisant de compétence!

Ici s’achève cette trilogie de billets sur la soutenance de thèse. J’espère qu’elle t’as aidée à te projeter positivement dans ce moment si particulier si tu es doctorante, ou à te souvenir du point de vue des candidates au doctorat si fait partie des membres du jury. Merci en tous cas pour ta lecture. Le blog change dès à présent de rythme pour adopter une périodicité mensuelle plus compatible avec mes activités de recherche. Le prochain sujet n’est pas encore fixé même si j’ai plusieurs idées en tête (et une centaine de pages de notes préparatoires). On se retrouve mercredi 4 novembre, d’ici là bonne rédaction à toutes !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.