Rédaction confinée : rapide bilan d’étape

(Note de lecture : le texte qui suit est rédigé au féminin générique)

Je bouleverse la programmation du blog pour réagir à l’actualité. On s’y attendait sans s’y attendre mais voilà ça y est, nous sommes de nouveau confinées. Satanée pandémie. Loin de moi l’idée de donner des leçons de productivité pour les semaines à venir. Lors du premier confinement, j’avais prévu de m’atteler à deux articles scientifiques mais je n’ai réussi à en écrire aucun. Belle performance. S’il n’est pas sûr que le responsable de cet échec soit le contexte mondial, il m’a en tout cas poussée à reconsidérer mes priorités en choisissant celles qui avaient le plus de sens sur le moment. C’est comme ça que je me suis lancée dans ce carnet de recherche et il m’a effectivement aidée à tenir, notamment en me reliant aux autres, à toi. Faire ce dont j’ai le plus besoin à court terme, plutôt que ce qu’il faudrait faire dans l’idéal ou ce que l’on attend de moi, est un enseignement que j’essaie de conserver encore aujourd’hui. C’est une manière de me faire confiance autant que de gérer l’incertitude des mois/années à venir. J’ai aussi renoué avec la musique pour entrer dans un flow de rédaction, d’où ce dialogue inattendu un après-midi :

– C’est toi qui écoutait de la grosse techno ?

– Oui, c’est la seule chose qui m’aide à travailler !

Peut-être que la musique est une évidence pour toi, ou au contraire un parasite supplémentaire dans ta réflexion : tout dépend des gens. Peut-être aussi que tes engagements ne te donnent pas le luxe de choisir d’écrire ton maudit chapitre III ou autre chose (j’étais entre deux contrats, ça aide à prendre quelques libertés).

(cliché : Ecritac)

Quoi qu’il en soit, n’oublie pas d’être bienveillante avec toi-même. C’est plus important que tu ne le crois. Rédiger demande de la disponibilité d’esprit et un engagement intellectuel fort. Il est difficile d’écrire quand on est angoissée ou simplement déstabilisée, quand l’esprit bifurque sans cesse vers des préoccupations extérieures. Ne tiens pas les facteurs psychologiques pour négligeables : ils jouent sur ce que l’on écrit, en quantité comme en qualité. Ça ne veut pas dire que c’est mal, uniquement que nous sommes des êtres humains. Prends soin de toi.

Bon courage à toutes. On va y arriver.

On se retrouve un mercredi de décembre, je ne sais pas encore lequel mais avant Noël !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.