Comment accompagner la rédaction scientifique ?

La question est d’actualité, tant on voit émerger une forte demande en formation sur les techniques de rédaction du mémoire de recherche et de l’article scientifique. Face à ces attentes, un nombre grandissant d’acteurs et d’actrices de l’enseignement supérieur et de la recherche se mobilise pour créer des cours ou ateliers qui n’existaient pas (ou si peu) il y a encore dix ans. Le sujet n’est pourtant pas simple à aborder : quels sont les besoins ? Comment transmettre des compétences rédactionnelles ?

Ce questionnement a émergé sur la liste de diffusion du réseau d’édition scientifique Médici, et Annaïg Mahé, maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication, a pris l’excellente initiative d’organiser un atelier pour en discuter. L’objectif était de créer un moment d’échange pour partager des retours d’expérience, des bonnes pratiques ainsi des ressources pédagogiques sur l’accompagnement à la rédaction en sciences humaines et sociales. La rencontre, proposée avec l’URFIST Paris, s’est déroulée en visio-conférence le 5 octobre 2020. Elle a réuni une vingtaine de participantes (18 femmes, 1 homme), majoritairement spécialistes de l’édition (éditrices de revues scientifiques) et de l’information scientifique et technique (personnels de bibliothèques), mais il y avait également quelques enseignantes-chercheuses et quelques doctorantes (dont la présidente de l’association ParenThèses Île-de-France).

Voici mon résumé, synthétique et thématique, de ces très riches échanges.

L’offre de formation

Le tour de table virtuel a permis de présenter une dizaine d’initiatives locales passées, présentes et à venir (la crise sanitaire ayant imposé l’ajournement de certains projets). Parmi les expériences évoquées, on peut à mon sens distinguer trois types de formats différents :

– La formation dans le cadre d’un séminaire annuel

L’accompagnement à la rédaction de mémoire de master peut s’intégrer dans un séminaire de recherche annuel, ce qui permet de poser un cadre méthodologique dès la rentrée, puis de répondre aux questions au fil des mois, lorsque les étudiant.e.s sont directement confronté.e.s à la rédaction (Alice Anberrée). Mais il est également possible de privilégier une distinction nette entre un semestre centré sur la méthodologie de la recherche par un enseignant-chercheur, puis un deuxième semestre consacré à la rédaction et à la publication par une éditrice (Véronique Litaudon). Celle-ci intègre un important travail en binôme qui permet à la fois aux étudiant.e.s d’expérimenter une posture d’évaluation et de critique, mais aussi de passer d’une première à une troisième version de leur introduction.

Pour le niveau doctorat, des ethnologues ont mis en place une forme originale de séminaire : les doctorant.e.s qui le souhaitent soumettent leur texte (chapitre rédigé ou partiellement rédigé, notes de terrain…) avec une explication de contexte (thème de la recherche, plan dans lequel le chapitre s’insère et surtout raisons de la demande d’aide par le groupe de relecture), le groupe a ensuite une semaine pour le lire (avec une lecture approfondie par l’une des deux enseignantes ainsi que par deux participant.e.s désigné.e.s), puis tout le monde en discute pour voir collectivement ce qui a été compris, ce qui fonctionne et ce qui pose problème (Isabelle Rivoal). On résout ainsi des blocages.

– La formation spécifique ponctuelle

Les présentations faites lors de l’atelier ont également montré l’importance des écoles doctorales et des bibliothèques universitaires dans la mise en place de formations à l’écriture de recherche. L’un des intérêts de ces propositions est de diversifier les approches en faisant dialoguer des chercheur.e.s avec des spécialistes de l’édition et de la documentation.

L’objectif de ces formations courtes, généralement 3 à 6 heures, est de sensibiliser d’une part au panorama de l’édition scientifique, et d’autre part au processus de rédaction. Le format choisi peut être essentiellement magistral (Elise Nedelec, Annaïg Mahé), mais intègre souvent des retours d’expériences de jeunes docteur.e.s (Delphine Lereculeur, Annaïg Mahé et Maxime Cazin). Il peut également faire une large place à des exercices pratiques d’évaluation par les pairs (Françoise Gouzi) ou de rédaction (Annaïg Mahé, Manon Durier), éventuellement complétés par un accompagnement personnalisé (Audrey Orillard). L’université de Lille propose même des jeux de rôles pour faire comprendre l’ensemble du processus éditorial et l’importance des différents points de vue (Annaïg Mahé et Maxime Cazin).

Ces formations répondent à une forte demande, au point que certaines ont dû refuser des candidatures. Si les expériences d’une demi-journée ont été jugées trop courtes, celles d’une journée complète sont un peu trop denses (elles seront à l’avenir séparées en deux sessions). Toutes ont cependant été très bien reçues.

– Le groupe d’écriture

Dans l’esprit des espaces de co-working, les groupes de rédaction proposent un lieu de travail où chacun peut venir écrire son projet durant un horaire dédié. L’objectif est de créer une émulation collective dans les temps d’écriture, et des moments de convivialité lors des pauses. Ce type d’initiative fleurit à l’initiative de doctorant.e.s, souvent organisé.e.s en association : le modèle canadien Thèsez-vous a ainsi inspiré en France le réseau associatif ParenThèse, qui fédère un tissu d’antennes régionales (Occitanie, Île-de-France, PACA, Auvergne-Rhône-Alpes) en cours de constitution. Ces associations forment à deux outils d’organisation (la méthode Pomodoro et la méthode SMART) spécialement adaptés pour une pratique de la rédaction académique (Florine Truphemus). Plus ponctuellement, ces journées ou retraites d’écriture intègrent un temps de formation, par exemple sur les normes de publication ou la structuration du plan, par un ou une intervenante extérieure (Annaïg Mahé).

Les besoins des étudiant.e.s

Les présentations ont fait émerger, avec une convergence qui m’a étonnée, des besoins de plusieurs ordres :

– Une formation aux techniques de rédaction dès le master

Les cours consacrés à l’apprentissage de l’écriture de recherche sont encore rares dans les universités françaises. Pourtant, les expériences présentées montrent que cet enseignement répond aussi bien aux besoins des étudiant.e.s, qui se demandent ensuite pourquoi on ne leur a pas enseigné les fondamentaux de la rédaction plus tôt dans leur cursus, qu’à ceux des enseignant.e.s, qui constatent l’amélioration des qualités de rédaction et de présentation des mémoires de recherches soutenus.

(cliché: Ecritac)

– Au-delà de l’apprentissage du processus éditorial

Il y a chez les doctorant.e.s une demande pour des formations sur le processus de publication scientifique, mais aussi plus spécifiquement sur la rédaction d’un article et d’un mémoire de doctorat.

– Des formations aux outils de base

Tou.te.s les enseignant.e.s le savent : les étudiant.e.s sont souvent très peu à l’aise avec les instruments de travail numériques. Il est indispensable de leur présenter les différents logiciels ou applications utiles, mais aussi de leur expliquer comment s’en servir (paramétrage d’une feuille de style pour les logiciels de traitement de texte, gestion de la bibliographie…).

– La démystification de la “perfection” de l’écriture

Le grand niveau de maîtrise des études scientifiques publiées peut être très intimidant pour des chercheur.e.s qui débutent et qui peuvent se sentir incapables d’y parvenir un jour. Il faut présenter le processus d’écriture (passage d’une “écriture pour soi” à une “écriture pour les autres”, enrichissement grâce aux relectures extérieures…) et expliquer les mécanismes ainsi que les critères d’évaluation de la recherche. Proposer des exercices d’évaluation par les pairs, que ce soit à partir de textes écrits des participant.e.s ou d’un article scientifique anonymisé, permet de transmettre efficacement les enjeux au-delà de la théorie. Il est également nécessaire d’humaniser le processus en expliquant que la rédaction est une compétence qui s’acquiert par le travail.

– L’espacement des sessions de formation

Même isolé, un cours magistral sur l’écriture peut être utile, mais il ne suffit pas pour faire émerger de nouvelles questions et y répondre. L’idéal est au contraire de donner aux étudiant.e.s l’opportunité de confronter la théorie, apportée par la formation, à leur pratique personnelle. La formule du séminaire annuel est donc particulièrement adaptée. Cependant, même lorsque l’on ne dispose que de quelques heures d’enseignement, il est possible de les fragmenter (par exemple, prévoir deux demi-journées espacées d’une semaine plutôt qu’une journée complète isolée). Cette formule permet en outre de proposer des exercices de rédaction ou d’évaluation (peer-reviewing), trop chronophages en présentiel, à faire à la maison et dont on pourra discuter au cours suivant.

– L’importance de la pratique dans le discours pédagogique

Expliquer les qualités rédactionnelles attendues ne suffit pas : personne (ou presque) ne fait exprès de ne pas écrire clairement… Le passage de la théorie à la pratique n’a en effet rien d’évident car, sans exemple, un conseil d’écriture reste souvent trop abstrait pour être utile. Proposer en exercice l’analyse d’un texte anonymisé (article scientifique, billet de blog…) à partir d’une grille d’évaluation permet d’apprendre plus concrètement à identifier « les erreurs à ne pas faire ». Cette mise en pratique distanciée aide en outre, plus généralement, à développer une posture critique que les étudiant.e.s pourront ensuite transposer facilement dans leurs propres écrits.

– L’organisation d’un temps dédié à la rédaction

Les emplois du temps fragmentés par les cours et diverses obligations sont peu propices à l’écriture : l’une des vertus des formations est de ménager pour cette activité un temps ininterrompu et immédiatement suivi d’un temps d’échange permettant de prendre du recul sur son texte pour l’améliorer ensuite rapidement. Cette instantanéité du processus de révision constitue un avantage aussi précieux qu’exceptionnel, car il s’écoule habituellement plusieurs semaines/mois entre l’écriture d’un chapitre de mémoire et sa relecture par l’encadrant.e de recherche.

– Le partage d’expérience entre pairs

Au-delà des formations, des temps d’échanges entre jeunes chercheur.e.s sont essentiels pour briser la solitude de la rédaction. Ils permettent à chacun de discuter de ses recherches, verbaliser ses difficultés comme ses réussites, prendre conscience que la rédaction n’est facile pour personne, échanger des « trucs et astuces », se motiver pour se remettre au travail…

Vers une mutualisation des supports de cours

L’atelier s’est achevé sur un projet de partage entre les membres du groupe :

– De plans de cours.

– De grilles d’évaluation de revues scientifiques pour montrer les attentes communes ou divergentes.

– Si possible, des articles et leurs évaluations par les pairs.

– Des ressources sur les outils informatiques à conseiller.

NB : Le groupe Zotero Ecritac (abondamment enrichi depuis l’atelier) répond également en partie à ce besoin d’échanges de bonnes pratiques pédagogiques. On y trouve notamment des manuels et des articles scientifiques utiles à toutes les personnes qui souhaitent enseigner l’écriture académique (toutes les informations ici).

J’abrège ici le compte rendu de la rencontre, car ce billet est déjà trop long et que cet aspect des discussions mériterait un article indépendant… Pour conclure sur la richesse de ces échanges, je voudrais remercier chaleureusement l’organisatrice ainsi que les participant.e.s de la réunion. Pour rejoindre le groupe, vous pouvez contacter son instigatrice Annaïg Mahé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.