Trois pas de côté

J’avais prévu depuis l’automne de commencer ce carnet de recherche en fanfare, le 25 mars, avec un billet pour la journée mondiale de la procrastination. Le planning était parfait. Et puis bien sûr, arrivé mars, j’ai procrastiné.

Et puis bien sûr, arrivé mars, j’ai douté. Blaguer sur la nécessité de modérer ses ardeurs au travail, pendant que tant d’autres personnes risquaient (et risquent encore) leur vie pour gérer une crise sanitaire mondiale ? Était-ce vraiment LA bonne idée ? Non, de toute évidence il me fallait une solution de remplacement. J’ai d’abord tenté un journal de confinement, centré sur la rédaction d’un article scientifique, mais le résultat n’était pas très concluant. J’ai aussi écrit deux billets sur une thématique de saison : les corrections de mémoires de master et de doctorat (ils paraîtront ce mois-ci). Mais la procrastination restait, malgré tout, mon seul point d’entrée possible dans le blog.

Flash-back

Je crois avoir vraiment découvert la procrastination en doctorat, et plus précisément avec la rédaction du doctorat. Encore en master je fonçais en mode bulldozer : il n’y avait pas grand-chose susceptible de m’interrompre dans mes recherches. J’avais bien quelques copains qui prenaient du retard dans leur mémoire, mais pour être honnête la flemme me semblait être la seule explication possible. Ils préféraient traîner en terrasse plutôt qu’à la bibliothèque : chacun ses vices. Et puis, un jour de thèse comme un autre, la sentence est tombée sur moi. On m’accusait de procrastiner. Moi. Procrastiner. Moi qui donnais tout ce que j’avais pour finir cette foutue rédaction. Procrastiner. J’ai pris le mot comme une insulte autant qu’une injustice.

C’est alors que j’ai réinventé l’eau tiède : j’ai compris qu’il y a autant de raisons de procrastiner (le stress, la fatigue, le perfectionnisme…) que de manières (plus ou moins insidieuses) de le faire.

Gagner du temps (de cerveau disponible)

Une chose qui me fascine dans les cercles académiques, c’est à quel point nous « procrastinons utile » : nous optimisons le lâcher-prise en espérant gagner en productivité. Tu acceptes de communiquer dans un colloque sans avoir le temps de préparer ton intervention, tu t’engages sur la rédaction d’un article en sachant que tu auras plusieurs mois de retard, tu cumules enseignement et fin de thèse, tu laisses les tâches administratives étouffer toute possibilité de réflexion scientifique… Tu procrastines tellement le travail par le travail que tu en viens à procrastiner aussi ton repos et ta vie sociale en travaillant également soirs, week-ends, jours fériés et vacances. Finalement, la procrastination devient une manière de résoudre tes injonctions contradictoires : faire ta thèse, enseigner, publier et te faire un réseau (le tout en trois ans bien sûr) pour le niveau doctorat ; faire 50 % d’enseignement, 70 % d’administratif et 50 % de recherche pour le niveau supérieur. La stratégie est épuisante mais opérante, car je ne crois pas que nous travaillerions autant en restant concentrés uniquement sur un seul projet scientifique (surtout dans nos domaines ultra spécialisés).

Tu te dis peut-être que j’exagère, que travailler n’est pas procrastiner. Pourtant la première fois que l’on m’a expliqué que je procrastinais la rédaction de ma thèse, c’était parce que j’étais en train de rédiger mon catalogue de thèse (c’est-à-dire le volume 2) au lieu de rédiger la synthèse (c’est-à-dire le volume 1). Pourtant j’ai lu sur Twitter des témoignages d’enseignants-chercheurs (je ne dénoncerai personne) reconnaissant s’investir énormément dans les tâches administratives en partie par peur de revenir à la recherche et de s’y sentir déjà dépassé. Pourtant je ne compte pas les collègues à l’emploi du temps surchargé qui ne demandent qu’à accepter une sollicitation supplémentaire, pourvu qu’elle soit intéressante. Pourtant nous culpabilisons de ne pas toujours parvenir à courir du point A au point B par le plus court chemin.

« Aujourd’hui, j’arrête de procrastiner »

Combien sommes-nous à avoir pris cette bonne résolution ? Et à l’avoir répété parce que la 1ère, 10e, …, Ne fois n’avait pas tenu ? Connaît-on d’ailleurs une seule personne qui y soit réellement parvenu ?

On veut croire que la volonté suffit, mais la thérapie du « coup de pied au cul » ne peut avoir de bénéfices que temporaires car elle s’attaque au symptôme sans soigner la cause. Autant essayer de ne plus avoir la migraine en restant déshydraté face à une lumière aveuglante.

(cliché: Ecritac)

Il ne faudrait pas discréditer systématiquement la cause. Procrastiner est un acte de résistance. Nous ne devrions pas l’oublier avant de choisir de revenir, ou non, sur le droit chemin : nous nous révolterions sans doute un peu plus, plutôt que de procrastiner un peu moins.

La procrastination n’est pas nécessairement à bannir. Elle est même, à mon sens, une alliée aussi précieuse que dangereuse pour toute recherche scientifique. Bien dosée, elle est indispensable pour rester ouvert et curieux, pour se donner le temps d’envisager plusieurs hypothèses, pour ne pas oublier que nous sommes des êtres humains avant tout. Elle donne le temps à la réflexion de mûrir, de grandir, de se déployer. Elle permet également, en urgence, de se ressourcer dans sa zone de confort, pour mieux affronter ensuite les difficultés à résoudre. Bien sûr, elle génère aussi culpabilité et blocage. Il faudrait simplement apprendre à l’arrêter quand elle génère plus de souffrance que de résilience. Facile à dire.

Sans procrastination je n’aurais jamais esquissé ce carnet de recherche. Et aujourd’hui, j’arrête de procrastiner sa mise en ligne. La boucle est bouclée : bienvenue à toi, lecteur/lectrice, et à mercredi prochain !

J’adresse un immense merci à Annick Gagné et Eva Caramello,

sans qui j’aurais vraisemblablement pu procrastiner ce blog indéfiniment…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.