Relire un mémoire de recherche

Note de lecture :

Je profite de mon carnet de recherche sur l’écriture pour mener une petite expérimentation : j’ai décidé de le rédiger uniquement au féminin. Il sera donc question de doctorantes, de directrices de recherche, d’autrices, etc… pour évoquer des personnes indépendamment de leur genre. L’idée est simplement d’inverser l’habitude collective d’englober implicitement le féminin dans le masculin, l’objectif étant de constater les changements éventuels que cela apporte à notre perception des choses. Les motivations et conclusions de cette expérience feront l’objet d’une analyse dans un billet à venir.

Lève la main si tu dois relire au moins un mémoire de recherche ! C’est la saison. J’en profite pour résumer ce que j’ai appris en une douzaine d’années de relectures ponctuelles de travaux d’autres chercheuses, débutantes ou confirmées, francophones natives ou étrangères courageuses, amies ou inconnues.

Relire les recherches de quelqu’un d’autre, ce n’est pas seulement donner son avis, c’est entrer dans un dialogue différé. C’est un travail exigeant auquel nous ne sommes généralement pas formées. Il demande pourtant rigueur et empathie. Rigueur car la relecture entre pairs constitue l’un des principaux garants de la qualité scientifique. Empathie car des commentaires mal formulés peuvent facilement faire perdre confiance à la personne relue plutôt que de l’aider à progresser.

Le pacte

La base est sans doute d’être franche dès le départ sur les délais, et de s’y tenir. Quelques heures, jours, semaines ou mois ? Tout existe. Il faut simplement que chacune sache à quoi s’en tenir pour s’organiser et ne pas stresser en attendant inutilement.

La deuxième chose, trop souvent oubliée, est d’être sûre de ce qui est attendu de la relecture. Non, la réponse ne peut pas être : « corriger tout ce qui cloche ». De même que tu ne peux pas penser simultanément à tout lorsque tu rédiges (le contenu, le style, l’orthographe, les références bibliographiques, la mise en page…), il est impossible de tout voir en relisant à la fois le fond et la forme. Se focaliser sur un seul aspect est beaucoup plus efficace. Cela permet, par exemple, ne pas oublier de demander les normes bibliographiques si l’objectif est de corriger les aspects formels.

Venons-en au cœur du contrat. La clarté c’est comme le respect : sans réciprocité, ça ne fonctionne pas. Il est du devoir de l’autrice de rendre son propos le plus limpide possible. La relecture permet d’ailleurs de s’assurer que cet objectif est atteint et, si besoin, d’aider à ce qu’il le soit en signalant les formulations obscures. Mais il est également du devoir de la relectrice d’être immédiatement compréhensible. Personne n’est dans la tête de l’autre et personne ne veut jouer aux devinettes. Commenter « je ne comprends pas en quoi A prouve B » est beaucoup plus explicite et utile qu’un simple « non », même si pour toi c’est tout aussi évident. Il faut systématiquement être précise et factuelle.

Dernier point. Le diable est dans les détails. Ajouter une virgule ou changer un accord peut créer un contre-sens. Certaines conventions typographiques varient en fonction des contextes (XVIe siècle, xvie siècle, 16e siècle, … ?). Introduire des erreurs est en réalité plus fréquent qu’on ne le croit dans les relectures. Il faut donc toujours, absolument toujours, signaler ses interventions, même celles qui semblent les plus anodines et évidentes. C’est aussi une marque de respect pour la personne relue, car c’est toujours à elle que revient de choisir les corrections qu’elle intégrera ou non.

Le tact

(cliché: Ecritac)

La première impression est visuelle. Mieux vaut éviter de commenter abondamment (ou pire de raturer) en rouge pour ne pas provoquer involontairement une bouffée d’angoisse. Le choix des mots a aussi son importance dans la réception immédiate du travail de relecture. Parler de « corrections » est souvent désagréable alors que mentionner des annotations, suggestions ou commentaires ne donne pas l’impression d’être prise en faute ou dans un rapport hiérarchique.

Une (petite) synthèse introductive est essentielle pour que la destinataire puisse immédiatement avoir une vision d’ensemble, plutôt que de devoir lire anxieusement toutes les annotations avant d’évaluer les dégâts. Ces préliminaires sont au contraire l’occasion d’insister sur les aspects positifs du texte pour motiver l’autrice (et non la paralyser en ne prenant en considération que ce qui ne va pas). Lorsque des points importants posent problème, il vaut mieux en discuter de vive voix plutôt que d’assener de longs commentaires négatifs figés par l’écrit : ils sembleraient vite péremptoires et (quasi) insolubles, alors qu’un dialogue permet aux deux parties de mieux se comprendre et d’esquisser des solutions. En écho conclusif, j’aime aussi à la fin remercier la chercheuse car c’est sincère et encourageant.

Nous avons en France la fâcheuse habitude d’appliquer principalement la critique à ce qui est jugé mauvais, le bon étant considéré comme normal ou se passant de commentaire car ne nécessitant pas de modification. Or, l’objectif de la relecture d’un mémoire de recherche n’est pas (uniquement) de le corriger mais plutôt de permettre à son autrice de prendre du recul pour progresser. La critique doit donc être stimulante et rassurante, c’est-à-dire souligner autant les points positifs que négatifs: d’une part parce que ne remarquer que ce qui ne va pas est profondément dégradant, d’autre part parce qu’il est important que la personne relue puisse prendre ce qui fonctionne comme modèle pour s’améliorer.

Relire ses propres commentaires est une bonne méthode pour s’assurer que l’on n’a pas oublié de faire quelques commentaires positifs, que ce soit sur l’intérêt des idées développées, le style de rédaction, la progression depuis la version précédente… Le recul de la seconde relecture permet en outre de modérer un autre terrible travers : la sur-correction du style d’écriture.

Le style

Le style un aspect auquel je suis particulièrement sensible car il conditionne l’efficacité et le plaisir de la lecture d’un texte. Il est cependant aussi le plus délicat à corriger car il est très difficile à ne pas sur-corriger. Alors que l’on ne peut pas être trop pointilleuse sur l’orthographe, sur-corriger le style est d’autant plus facile que : 1) tous les goûts sont dans la nature. 2) les limites entre le lourd et l’incorrect ne sont pas toujours très nettes (changer un « en revanche » pour un « toutefois » : caprice ou nécessité ?). Prendre du recul est judicieux si tu multiplies les corrections alors que la syntaxe et le vocabulaire sont corrects, car il y a des risques que tu sois en pleine crise de « correctionnite ». Est-ce que le texte manque de clarté, ou ne serais-tu pas plutôt en train d’essayer (inconsciemment ou non) d’imposer ton propre style ?

Un seul cas de figure autorise, selon moi, une dose d’interventionnisme. Et encore, une dose modérée. Il est en effet davantage nécessaire d’accompagner une personne qui ne rédige pas dans sa langue maternelle car elle doit apprendre de nouvelles tournures de phrases et/ou un vocabulaire spécifique. Une bonne solution peut être d’expliquer les points incorrects au début et de proposer des reformulations de remplacement, puis de progressivement lâcher la bride en n’identifiant plus que les problèmes. Le mieux reste sans doute de faire un essai sur quelques pages et de rediscuter ensuite de la stratégie de correction la plus efficace pour éventuellement ajuster ensuite. Mais honnêtement, je ne suis jamais allée jusque-là dans le service après-vente.

Tout le monde, loin de là, n’est pas atteint du syndrome de la correctionnite. Mais résister à la sur-correction est je crois particulièrement ardu pour les perfectionnistes et pour les personnes qui ont l’habitude d’être complimentées sur leur style (ou pire, celles qui correspondent aux deux catégories, ce qui est assez fréquent). J’ai moi-même beaucoup sur-corrigé le style, passant des heures à reformuler (pour une revue) des articles d’autres jeunes chercheuses que je ne connaissais même pas personnellement… Avec des résultats assez mitigés : gratitude de certaines mais révolte d’autres, non prise en compte de mes recommandations (donc perte de temps pour tout le monde)…

Je ne connais pas de solution miracle. Il vaut sans doute mieux faire des commentaires généraux plutôt que de tout reformuler : cela permet, par exemple, d’identifier une tendance aux phrases de 5-6 lignes plutôt que de les corriger ostensiblement. Une chose est sûre, le mode d’annotation joue une grande importance. Corriger sur papier, surtout lorsque les marges sont étroites, aide à la sobriété (et on voit mieux les fautes d’orthographe que sur un écran). À l’inverse, le mode « correction » des logiciels de traitement de texte est particulièrement pernicieux : très pratique en tant que correctrice, il incite l’interventionnisme mais il rend vite pénible le contrôle dans la validation des corrections lorsque celles-ci sont nombreuses. J’en suis venue à abandonner complètement cet outil ou à le réserver aux seuls commentaires. Après avoir essayé différentes solutions, j’utilise actuellement un simple code couleur pour identifier les problèmes sans imposer de solutions alternatives. Je surligne d’une couleur les fautes de français (mais je ne les corrige pas), d’une autre les mots répétés (sans proposer de reformulation) et d’une troisième pour mes commentaires (si je n’utilise pas les bulles à cet effet). L’avantage de cette méthode est pour moi de gagner beaucoup de temps, et pour la personne relue de conserver une plus grande autonomie.

Conclure sur le sujet est difficile car on ne relit pas de la même façon en tant qu’amie, directrice de recherche ou évaluatrice pour une revue scientifique parce que ces trois rôles sont très différents. Plutôt qu’une conclusion, je propose donc une discussion: sois la bienvenue dans les commentaires si tu as des bonnes pratiques/réflexions à partager.

La semaine prochaine, échange de point de vue : on intégrera les commentaires reçus dans un travail de recherche. Attention spoiler : ça ne fait pas toujours plaisir mais c’est irremplaçable.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.